Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

quimper

  • Le mauvais marronnier de l'été

      

     
    L’occupation illicite d’un terrain communal par les gens du voyage n’est pas une première à Quimper. C'est un sujet qui mérite un travail sur le  fond, en lien avec les obligations relatives aux aires dédiées aux gens du voyage (et dont nous reconnaissons que la ville et son agglo remplissent pleinement). Aussi nous ne pouvons que regretter que ce sujet puisse faire l’objet d’une mise en scène dans son traitement, sur le mode bombage de torse avec arrière plan de caravanes en photo. Nous ne frôlons pas le cliché, nous sommes en plein dedans. 
     
    Les voyageurs sont trop souvent considérés comme des français entièrement à part et non comme des Français à part entière en raison de leur culture et de leur mode de vie. Victime de discrimination et de la crise, ils s’approchent des villes pour travailler. L'été, le travail se concentre sur les lieux de tourisme : il n'y a pas que la population sédentaire qui augmente sur le littoral cornouaillais.
    Il s’agit aujourd’hui de trouver des solutions pérennes afin de répondre à ces enjeux. Si le droit doit être appliqué, cela doit se faire sans stigmatisation, avec l’ensemble des moyens mis à la disposition des autorités publiques et dans un cadre élargi, celui du Finistère-Sud...
  • Pour un avenir solidaire

    avenir solidaire, LDH, européennes, solidarité, quimperLes résultats des européennes ne constituent pas un séisme. C’est une étape de plus d’un processus long entamé il y a déjà une trentaine d’années. L’incapacité des gouvernements à traiter les origines des crises économiques, sociales et environnementales, enfermés dans une logique ordo-libérale, provoque un désintérêt massif des citoyens qui ne croient plus à la possibilité de changer le monde. De leur côté, les nationaux-populistes proposent une voie autoritaire dans le rejet de l’autre et le repli.

    Nous pensons pour notre part que c’est dans l’égalité des droits et la liberté, dans une redéfinition du paradigme économique et le renforcement de la solidarité que se trouve la solution d’un avenir solidaire.

    Rejoignez la LDH et l’appel pour un avenir solidaire, pour construire dans un temps long, où la personne humaine, dans toute sa dignité, est au centre du projet.

    http://avenirsolidaire.org/

    http://www.ldh-france.org/

     

    ldh.quimper@yahoo.fr ; 06 70 21 27 21

  • Marche pour l'égalité, samedi 30 novembre 15 heures, Quimper

    egalité, rassemblement, quimper, 30 novembreLes valeurs républicaines sont aujourd’hui menacées par la banalisation et la multiplication des manifestations d’intolérance.

    Face à l’émergence d'une société de la haine et du rejet de l'autre, nous Citoyens, nous Organisations, appelons à un rassemblement unitaire et festif le samedi 30 novembre, à Quimper, pour rappeler que le vivre ensemble repose sur un socle inaliénable et universel fondé sur l'égalité et le respect de la personne humaine.

    Rendez-vous à 15h, place St Corentin. Nous marcherons jusqu'à l'esplanade François Mitterrand, pour réaffirmer les valeurs de notre République - Liberté, Egalité, Fraternité –plus que jamais nécessaires pour affronter les crises multiples qui menacent la cohésion de notre société.

    Cet appel, ce n'est pas les jacobins contre les girondins. Nous sommes bretons, français, européens, citoyens du monde mais avant tout égaux en dignité et en droits. Cette marche, elle se veut sous l'empire de ce mot d'ordre, celui de la déclaration universelle des droits de l'homme, ou encore celle de la convention européenne des droits de l'homme, ni plus, ni moins. 
    Ce n'est pas la République contre la Bretagne, un camp contre l'autre, c'est l'affirmation collective que nous faisons reposer nos valeurs sur ce principe simple mais pourtant bafoué de nos jours : 1 personne humaine = 1 personne humaine.
    Ce n'est pas le Gwenn ha du contre le drapeau tricolore, l'un et l'autre y ont autant leur place. S'il ne devait y en avoir qu'une seule bannière ce serait celle de la paix, de la justice et de l'égalité.

     
    Contact : ldh.quimper@yahoo.fr / 06 70 21 27 21

  • Concours de la vidéo engagée - 2ème édition - Résultats

    Le samedi 09 novembre 2013 à 20 heures se tenait aux halles Saint-François la cérémonie de cloture de la deuxième édition du concours de la vidéo-engagée, organisée par la Ligue des Droits de l’Homme quimpéroise en partenariat avec CICODES-CIMADE-Gros Plan- APF-MPT Kerfeunten-Cinéma le Club Douarnenez et soutenu par la MACIF et la Ville de Quimper. Sous la présidence de Nicole Le Garrec, cinéaste bien connue notamment pour le Film Plogoff, le jury et le public ont pu visionner les quatre films en compétition de ce festival dont le thème est l’engagement et les droits de l’Homme et le support tout film de moins de dix minutes.

    A l’issue du passage des quatre films, le public a voté pour attribuer le prix coup de cœur public, qui a récompensé « le poids des maux » de Sébastien Bélier. Ce court métrage suit les traces d’un jeune lycéen qui se retrouve au centre des attaques d’homophobie ordinaire, par les petites expressions dispensées par son entourage scolaire et familial. Le poids des mots devient le poids des maux, qui conduit au suicide du jeune homme. Il est trop tard, le poids des mots a fait son office : nous sommes tous responsable par nos comportements, nos actes de la souffrance des autres, il ne tient qu’à nous de faire cesser cela. A noter que le réalisateur a fait travailler sur son film des élèves du lycée dans lequel il était surveillant : une des cibles du concours est atteinte, faire œuvre d’éducation populaire auprès des plus jeunes.


    Le poids des maux par LDHQuimper 

    Le jury a ensuite décerné son prix. Et n'ayant pu départager deux films, il y a donc deux vainqueurs : « le poids des maux » de Sébastien Bélier, déjà primé par le public et le « Lipdub en Bretagne pour modifier le regard sur l’exclusion » de l’association ADALEA (Logement, insertion, écoute en Côte d’Armor) en partenariat avec la FNARS Bretagne, la fondation Masse-Trevidy et l’APE2A.


    Lipdub en Bretagne pour modifier le regard sur... par LDHQuimper

    Ce Lipdub (clip promo chantant) a fait intervenir 54 personnes, administrateurs, salariés, bénévoles et bénéficiaires des services de l’ADALEA et de la FNARS, en reprenant l’air musical du chant des partisans et des paroles réécrites pour s’indigner de la pauvreté et de sa montée mais aussi rappeler qu’ensemble, et notamment par le mouvement associatif, celle-ci est combattue. Un air conne et entraînant, de très belles paroles et un rythme très agréable ont conquis autant le jury que les spectateurs.

    Deux autres films étaient en compétition et s’ils n’ont pas remporté de prix, ils ont cependant été largement apprécié par le jury et le public ( « libertés en vie » et « foot for love »).

    Si une nouvelle édition du concours n’a pas été annoncée lors de cette cérémonie, devant la qualité des travaux et l’enthousiasme des uns et des autres, il n’est pas dit que la Ligue des Droits de l’Homme de Quimper ne lance le troisième opus de ce concours de la Vidéo engagée.

    Lien des films :

    Le poids des maux : http://www.dailymotion.com/LDHQuimper#video=x15ysgf

    Lipdub : http://www.dailymotion.com/LDHQuimper#video=x1617ye

    Foot for love : http://www.dailymotion.com/LDHQuimper#video=x15zs1z

    Libertés en vie : http://www.dailymotion.com/LDHQuimper#video=x15yrnp

     

     

  • Vidéosurveillance : halte au gâchis !

    Vidéo surveillance Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, inaugurait vendredi dernier le Centre de supervision urbain de la ville de Marseille.  

    "Il ne faut pas avoir peur de la vidéoprotection", a insisté le ministre, soulignant que "les bénéfices en matière de sécurité sont incontestables". "La vidéoprotection accompagne, elle ne remplace pas les effectifs sur le terrain", a-t-il souligné. 

    Ce projet qui a coûté 9 millions d'euros a été cofinancé par l'Etat à hauteur de 3,7 millions. Cent-quatre-vingts caméras ont été installées dans l'hyper-centre de Marseille, l'objectif étant d'en installer 1000 d'ici la fin de 2014. Les images qu'elles enregistrent sont exploitées par des agents de la police municipale. 

    Jean-Claude Gaudin, maire UMP de la ville, a qualifié ce dispositif de "grand pas franchi dans la lutte contre l'insécurité", soulignant qu'à terme des caméras se trouveraient " dans tous les noyaux villageois" qui constituent la ville. 

    Lors d'un débat organisé à Saint-Renan septembre 2009, Jean-Jacques Urvoas, aujourd'hui président de la commission des lois de l'assemblée donnait un éclairage interessant sur la vidéosurveillance partagé par la Ligue des Droits de l'Homme :

    "Comme toute politique responsable, la vidéosurveillance doit pourtant être évaluée au regard de son coût, de son impact réel sur le renforcement de la sécurité mais aussi de son cadre légal concernant la protection des libertés individuelles. Or sur tous ces aspects, la vidéosurveillance n’est aujourd’hui pas un dispositif satisfaisant. Le cadre légal de protection des libertés n’a que peu évolué depuis 15 ans, alors que la vidéo surveillance connait un essor inégalé sur les récentes années tant en terme technique que de présence sur la voie publique."

    Après les lois LOPPSI de Nicolas Sarkozy, le gouvernement semble vouloir poursuivre la mise en place d'un système de surveillance des citoyens. L'objectif est, ici encore, de flatter un sentiment d'insécurité. Comme nous l'avons déjà dit sur ce blog, la vidéo surveillance est de la poudre aux yeux. Les solutions pour une plus grande sécurité sont à trouver dans l'humain. Nous espérons que le gouvernement retouvera la raison et trouvera des solutions efficaces contre l'insécurité. 

  • Conférence-débat : le droit de vote et d’éligibilité des résidents étrangers - lundi 25 mars à 20 heures aux halles Saint François, Quimper

    droit de vote, résidents étrangers, LDH, Quimper, 25 mars 2013Conférence-débat : le droit de vote et d’éligibilité des résidents étrangers, c’est maintenant !
     
    Les sections locales de Quimper, Concarneau, Quimperlé et Riec de la Ligue des Droits de l’Homme vous invitent à la conférence-débat qu’elles organisent le lundi 25 mars à  20h00  aux halles Saint François de Quimper, autour de la thématique du droit de vote et d’éligibilité des résidents étrangers aux élections locales.
     
    Cette conférence sera animée par Vincent Rebérioux, membre des instances nationales de la LDH et chargé de la campagne sur le droit de vote des résidents étrangers.
     
    A l’issue de cette conférence, nous invitons l’ensemble des organisations signataires de l’appel droitdevote2014.org à se constituer en un comité local pour mener la campagne ensemble.

  • Sharqiya - le 11 décembre à 20h30 au Quai Dupleix

    sharqiya, ldh, quimper, quai dupleix, israel, bédouinsDans le cadre du mois du documentaire proposée par Gros Plan la Ligue des Droits de l’Homme de Quimper est partenaire de la diffusion du film Sharqiya.

     

    Kamel, un jeune Bédouin, travaille comme agent de sécurité à la gare routière de Be'er Sheva. Il habite dans un petit village illégal, perdu au beau milieu du désert.
    Son frère Khaled, chef du village, travaille dans la construction et est marié à Nadia, 21 ans. La relation entre les deux frères est compliquée, Khaled n’approuvant pas le métier de Kamel. Un jour, en rentrant chez lui, Kamel apprend que les autorités ont ordonné la démolition du village. Dès le lendemain, Khaled quitte son emploi et décide de rester au village, pour repousser les autorités qui tenteraient de les déloger. Kamel, quant à lui, continue d'aller à son travail...

     

    Une diffusion suivi d’un débat aura lieu le Mardi 11 Décembre à 20h30 au Quai Dupleix en présence de Arnaud Hée, critique de cinéma