Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Droit de réponse suite à l'article "LDH: de la mini-jupe au niqab" publié par le Télégramme Quimper, le 4 novembre 2015

    Adressé à la rédaction du Télégramme Quimper:

    Nous avons lu avec attention votre article publié ce jour, le 4 novembre 2015, en page 13, consacré à la LDH Quimper. Écrit à partir des informations que nous vous avions données lors de la conférence de presse la veille, nous y avons retrouvé la description de la plupart de nos projets. Toutefois, nous avons, d'une part, été surpris de l'emplacement de cet article qui l'associe à un « dossier sur Kermoysan »* et d'autre part, nous avons relevé des amalgames malvenus sur notre projet de conférence-débat sur la laïcité.

    Les propos mis en avant sur la tenue des femmes, associés à la montée des intégrismes (nous n'avons à aucun moment parlé de niqab !) et surtout le titre choisi de l'article, portent vraiment préjudice à la réputation de la LDH Quimper et par ricochet à la LDH dans son ensemble. Ils discréditent nos actions, et portent un message contraire aux valeurs défendues par tous les maillons de l'association, reconnue d'utilité publique, depuis chaque ligueur de façon individuelle jusqu'au Comité central.

    Nous avons cité cet exemple, non comme un fait résultant de la montée des intégrismes sur Quimper, mais comme un questionnement que des personnes peu familières avec la laïcité peuvent se poser. Depuis les attentats de janvier, la LDH Quimper travaille à la création d'une médiation laïque, projet unique en son genre. Elle n'est donc pas la résultante des faits qui se sont déroulés à Kermoysan récemment. La conférence-débat du 5 décembre en est l'acte fondateur qui doit permettre de fédérer les citoyens autour d'échanges, pour développer un mieux vivre ensemble. La suite de votre article le souligne d'ailleurs mais le fond de ce projet est totalement occulté par ce titre polémique et faux.

    Nous vous serions très reconnaissants de bien vouloir faire paraître un rectificatif dans votre prochain numéro et de nous le confirmer par courriel dans les meilleurs délais.

    * La permanence de la LDH Quimper existe à la MPT de Penhars depuis plus d'un an. Elle est ouverte à toute personne (pas uniquement de Kermoysan) dont les droits et la dignité sont bafoués ; c'est avant tout un lieu d'écoute et d'orientation si besoin est, vers des organisations plus spécialisées.

    Stéphane Blondin, pour le bureau de la LDH Quimper