Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le mauvais marronnier de l'été

      

     
    L’occupation illicite d’un terrain communal par les gens du voyage n’est pas une première à Quimper. C'est un sujet qui mérite un travail sur le  fond, en lien avec les obligations relatives aux aires dédiées aux gens du voyage (et dont nous reconnaissons que la ville et son agglo remplissent pleinement). Aussi nous ne pouvons que regretter que ce sujet puisse faire l’objet d’une mise en scène dans son traitement, sur le mode bombage de torse avec arrière plan de caravanes en photo. Nous ne frôlons pas le cliché, nous sommes en plein dedans. 
     
    Les voyageurs sont trop souvent considérés comme des français entièrement à part et non comme des Français à part entière en raison de leur culture et de leur mode de vie. Victime de discrimination et de la crise, ils s’approchent des villes pour travailler. L'été, le travail se concentre sur les lieux de tourisme : il n'y a pas que la population sédentaire qui augmente sur le littoral cornouaillais.
    Il s’agit aujourd’hui de trouver des solutions pérennes afin de répondre à ces enjeux. Si le droit doit être appliqué, cela doit se faire sans stigmatisation, avec l’ensemble des moyens mis à la disposition des autorités publiques et dans un cadre élargi, celui du Finistère-Sud...