Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Marche pour l’égalité, contre l’intolérance à Quimper le 30 novembre 2013 - Discours de la LDH

    TOUSEGAUX-BANDEAU.jpg

    En décembre 1983, la Marche pour l’égalité arrivait à Paris. 30 ans plus tard, au-delà d’une commémoration, le climat ambiant nous amène à nouveau à reprendre cette marche.


    A l’appel de nombreuses organisations (LDH, SOS Racisme, Licra, MRAP, CIMADE,…) et de nombreux syndicats (CFDT, CGT, UNSA, Solidaires,...), des rassemblements ont lieu aujourd’hui un peu partout en France. Ici, cette démarche a rencontré celle de citoyens, constitués en collectif, pour en faire un événement fort et festif, pour dénoncer un climat mais aussi pour montrer la fierté et la force des valeurs qui nous réunissent.


    Le « narcissisme des petites différences » comme disait Freud est en train de prendre le pas sur le reste. C’est triste. Et c’est grave. La mémoire, et sa fonction sélective plus particulièrement, font oublier à l’être humain qu’à chaque fois qu’il a voulu jouer l’autre contre lui-même, il a fini par se perdre lui aussi et il n’a réussi qu’à progresser qu’en la jouant collectif. Le glissement n’est pas nouveau mais le pourrissement s’accélère. Triste temps que celui où une Ministre de la Justice se fait accueillir par une petite fille qui lui lance une banane, où le pauvre est suspect par nature et le Rom se voit attribuer le rôle du voleur de poule par atavisme.


    A vouloir oublier que nous sommes tous égaux en droits et en dignité, un pan entier de la société se prépare à revivre des périodes troubles. Mais il n’est pas trop tard. Avec un peu d’optimisme, beaucoup de joie de vivre et un zeste de coups de pied au cul, l’Homme peut dépasser ses instincts primaires pour ne plus seulement être un loup pour l’Homme mais aussi un frère de la grande meute de l’Humanité.


    Construire est toujours le plus difficile, cela demande de savoir prendre du recul, de faire œuvre de patience et de solidarité. Détruire est plus simple à première vue, on a l’impression de s’être fait du bien. Puis, un peu tardivement, on domine un champ de ruine, à moins que l’on en fasse partie.


    Construisons. L’enfer, ce n’est pas l’autre. Il est la solution, au même titre que soi-même!


    De gauche, de droite, du centre, politisé ou non, plus ou moins conscientisé, au-delà de nos divergences, un socle commun, essentiel, constitue les principes sur lesquels est bâti notre pacte social, notre pacte républicain, issu notamment du Conseil National de la Résistance et de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme.


    Quand l’essentiel est attaqué, la réaction doit être proportionnelle, le front doit être commun pour rappeler ces principes d’égalité et de solidarité.


    Chacun avec ce que nous sommes, mais d’une seule voix, rappelons le slogan de cette marche: Tous égaux !!!


    Merci

    Stéphane Lenoel, Président de la LDH Quimper 

     

    Marche égalité intolérance signée.jpg

    Revue de presse du jour:  

    SAM_3701.JPG

    SAM_3704.JPG


    Quimper. 500 marcheurs pour l'égalité par Letelegramme